jeudi 4 septembre 2014

Les héliogravures d'Imagineo, présentées par Georges Gimmig, le 11 septembre 2014 au Club Photoshop Paris


L'instant magique de la première épreuve héliographique
(photo Georges Gimmig, dans l'atelier de Fanny Boucher)

Comme le précise Fanny Boucher (1) : "l’héliogravure reste un procédé rare et symbolique de l’histoire de la photographie et de ses acteurs les plus connus, et de ce fait le choix même de cette technique permet au photographe de voir son œuvre sublimée".

Or il se trouve qu'Imagineo (2), une jeune galerie spécialisée dans la photographie et la peinture créée en décembre 2012 par Georges Gimmig, a justement lancé il y a quelques mois une collection d'héliogravures, évidemment toutes réalisées par Fanny Boucher, à raison d'un nouveau tirage par trimestre. D'où l'idée d'en discuter au Club Photoshop Paris ce jeudi 11 septembre 2014 (réunion de 18h30 à 21h30) ; d'autant qu'une exposition collective d'héliogravures va également se tenir dans la galerie du 2 octobre au 1er novembre 2014, où nous organiserons ensuite une rencontre privée (3).

Georges Gimmig, fondateur et directeur de la galerie Imagineo

La première image de cette collection a été réalisée à l'occasion de l'exposition de "Dans Aucante", en octobre 2013. A terme, cette collection comptera 12 héliogravures, réalisées sur papier pur chiffon en 40 X 50 cm. Chaque hélio, d'un photographe différent, est tirée à 50 exemplaires, numérotés et signés par l'auteur, vendues seulement 150 euros pièce... (4)

Georges Gimmig, aussi directeur de la Galerie, vient nous exposer ses choix, sa passion pour ce procédé superbe, dont l'origine peut aussi être attribuée à Joseph Nicéphore Niépce et ses "héliographies" ; avec vidéo et tirages à l'appui, rares évidemment (5). Georges Gimmig a déjà organisé un certain nombre d'expositions dans sa galerie, dont Claudia Vialaret (26 avril - 6 juin 2013), que nous recevrons le 6 novembre 2014 au Club Photoshop Paris.

"Les qualités proprement plastiques de l’héliogravure ne sont comparables avec aucune autre technique", précise Fanny Boucher" (1). "Si ce procédé non tramé permet de traduire avec subtilité les nuances des dégradés de gris du cliché original à travers un grain extrêmement fin, ce sont ses noirs profonds dus à l’épaisseur d’encre qui le rendent inégalable."

01 - Dan Aucante - Série "Limites"

"Le photographe, en choisissant l’héliogravure, voit ses possibilités créatives décuplées. En effet, les papiers pur chiffon sur lesquels sont imprimés les héliogravures peuvent être de grammage et de teintes variées. Il est également possible d’opter pour des papiers Japon encollés, ce qui apporte une teinte de fond à l’image. Les encres pigmentaires offrent également un large choix à l’artiste quant à l’ambiance qu’il veut donner à son image. On compte par exemple plus de huit noirs différents en taille-douce auxquels on peut ajouter des couleurs afin de les teinter…"

"L’héliogravure, bien que reproduisant fidèlement le cliché, reste un procédé d’interprétation dont le résultat permet à l’artiste de voir renaître son œuvre sous une autre dimension".

(1) Fanny Boucher, avec son atelier "Hélio'g", est l'une des très rares spécialistes à encore effectuer des héliographies au service de l'épreuve photographique. Fanny n'a pu se libérer pour notre réunion Club Photoshop Paris du 11 septembre 2014, mais ce n'est que partie remise.
http://www.heliog.com/
Toutes les citations sont extraites de son site internet.

(2) Imagineo, 50 rue de Montreuil, Paris 11e, ouverte du mercredi au samedi, de 14h à 19h.
http://www.imagineo.fr/

(3) Nous envisagerons une visite collective et documentée de l'exposition au cours de notre réunion du 11 septembre 2014, qui sera uniquement réservée aux présents qui s'inscriront auprès de Jean-Pierre Coustillon.

(4) La collection d'héliogravures d'Imagineo :
http://www.imagineo.fr/tirages.html

(5) Et non, vous ne pouvez pas tout découvrir par le "net". Le Club a encore ses raisons...

En héliogravure, la retouche se fait par piquetage.
Ici Fanny Boucher, photographiée par George Gimming

Quelques autres liens


  • L'historique de la photogravure, par Fanny Boucher, sur son site. http://heliog.blogspot.fr/2006/02/techniques.html
  • Les innovations technologiques de l'héliogravure présentées par Marie Effler (étudiante EFPG -février 2002)
    http://cerig.efpg.inpg.fr/memoire/2003/innovation-heliogravure.htm
  • Egalement pour approfondir les aspects techniques de l'héliogravure, le site du CERIG : "Cellule de veille technologique de Grenoble INP-Pagora, École internationale du papier, de la communication imprimée et des biomatériaux".
    http://cerig.efpg.inpg.fr/memoire/2003/innovation-heliogravure.htm
  • On peut faire remonter l'histoire de l'héliogravure aux premiers résultats obtenus par Joseph Nicéphore Niépce, que l'on appelle "héliographies", et dont vous trouverez une explication tout à fait claire sur le site de la Maison Niépce, elle-même gérée par Pierre-Yves Mahé.
    http://www.niepce.com/pages/inv3.html
    Les anciens du Club Photoshop Paris se remémoreront d'ailleurs les moments exceptionnels que nous avons pu passer dans cette maison lors d'un week-end exceptionnel en octobre 2011.

Soirée exceptionnelle émouvante du Club Photoshop Paris en déplacement
dans la maison même où Nicéphore Niépce a mené ses premières expériences,
et dans les conditions d'époque (à la bougie) !

  • Vous trouverez enfin d'autres informations sur l'Héliographie dans le site tout à fait intéressant de quatre lycéen(e)s du Lycée Robert Schuman de Haguenau, Léna Gazaix, Jacques Imhof, Lucile Remond et Mathilde Vandeweghe, dans le cadre d'un TPE.
    http://heliographie.tpe.free.fr/pages/pionniers.htm

Philippe Chaudré
(sur une proposition de Franck Payen)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire